Thermographie équine

L’imagerie thermique équine est un outil de diagnostic non invasif qui utilise du matériel et un logiciel pour détecter d’infimes différences de température. Cela permet d’identifier rapidement et efficacement les traumatismes d’un animal blessé. En localisant la blessure, nous pouvons prévenir d’autres conséquences.
Un point chaud indique une inflammation ou une augmentation du débit sanguin. Un point froid indique une diminution de ce débit, habituellement liée à une tuméfaction, une détérioration nerveuse ou un tissu cicatriciel.

“Les cavaliers sentent lorsque quelque chose ne va pas”

Les cavaliers sentent des petits changements dans la manière dont leurs chevaux se déplacent. Mais le vétérinaire n’est pas toujours en mesure de détecter quelque chose ou le problème, parfois il ne perçoit aucun symptôme. Et bien sûr, le cheval ne peut pas expliquer qu’il est blessé et où il a mal. C’est pourquoi l’imagerie thermique aide à voir autrement ce qui se passe dans le corps du cheval.

Et l’imagerie thermique ne se limite pas à la prévention : elle est très utile pour surveiller la guérison. Lorsqu’un cheval a été blessé, il est difficile de savoir jusqu’à quel point le pousser sans lui faire de mal. Il est bon d’être rassuré sur ce point : ainsi, le cheval n’est pas trop sollicité,  et le problème ne va pas réapparaître par imprudence. L’imagerie thermique permet de cesser de deviner.

Non seulement cet examen est non invasif, c’est-à-dire que nous n’avons pas besoin de toucher le cheval, et c’est le moyen le plus pratique pour localiser les problèmes de tendons, de ligaments et d’articulations dans les jambes, dans les tissus mous,
dans les zones très musclées du tronc. Les autres zones où elle est très utile sont les dents, les pieds, le dos.
En effet, une thermographie de la selle et du dos de votre cheval avant et après exercice peut mettre en évidence “des points chauds” qui correspondent à une pression inégale, une asymétrie sur le dos et la colonne vertébrale. Un ajustement de la selle peut s’avérer nécessaire. ( site en anglais que je vous conseille ICI et des images explicatives ICI)

“Les animaux fuyants cachent leurs faiblesses, si vous montrez une faiblesse dans l’environnement sauvage, les prédateurs vous choisissent comme cible. Les chevaux sont donc très forts pour cacher qu’ils boitent, par exemple. Et ils ne peuvent évidemment pas nous dire ce qui ne va pas. Mais l’imagerie thermique permet au corps du cheval de parler pour lui.”

Voir également : thermographie-vivante.ch